La Galerie

« La jouissance passe par l’image : voilà la grande mutation »

Roland Barthes – La chambre claire

La galerie IRA LEONIS aujourd’hui à Arles

Établie à Arles depuis juin 2021, la Galerie Iraleonis est installée dans un espace lumineux et chaleureux aménagé au 1er étage d’un bâtiment traditionnel arlésien du centre historique.

Elle est dirigée par Pascale Linderme, qui se consacre à la promotion et la diffusion de la photographie d’auteur, mettent en valeur les photographes qu’elle représente en organisant régulièrement des expositions de leur travail et en proposant en permanence des tirages de leurs œuvres aux collectionneurs.

Historique des expositions hors les murs

Sarah Moon • Circuss

Photographe de mode depuis 1968, Sarah Moon rencontre un véritable succès à chacune de ses expositions – Paris, Londres, New-York et Tokyo.Ses photographies ont été publiées par de nombreux magazines et font également l’objet de livres, Souvenirs improbables, Le Petit Chaperon Rouge, Vrais Semblants, Coincidences, Circuss, L’Effraie, Le Fil Rouge.Depuis plusieurs années, Sarah Moon créée et enrichit un univers très personnel, empreint de trois thèmes : l’évanescence de la beauté, l’incertain et le passage du temps.

Lucien Hervé • Architectures

Lucien Hervé est l’un des rares photographes à allier philosophie humaniste et pensée architecturale. Ses cadrages en plongée, ses vues en oblique, un certain dépouillement et une volonté d’abstraction caractérisent un style photographique très différent de celui de ses contemporain.Proche de l’école humaniste française d’après guerre, dont font également partie Robert Doisneau et Willy Ronis, la carrière de Lucien Hervé prend un tournant décisif après sa rencontre avec Le Corbusier en 1949. Photographe attitré de l’architecte jusqu’au décès de ce dernier en 1965, Lucien Hervé est alors reconnu comme l’un des plus grands photographes d’architecture.

Robert Ramser • Les Oubliés de l’Empire

Robert Ramser est un pélerin de l’Asie traditionnelle en péril. Car le tourisme et ses méfaits s’insinuent dans ce qui fut longtemps un sanctuaire immémorial. A ce titre le photographe capte capte ce qui va disparaître et le préserve de l’effacement.Il le fait avec délicatesse, un grand respect et une grande obstination car il sait que le temps presse dans ce grand naufrage du patrimoine. Après une longue quête himalayenne, après les itinéraires birmans, il a exploré les minorités du sud ouest de la Chine, celles que la progression des Han a éloignées des plaines du nord et des montagnes méridionales, dans un rapport fin et juste avec ces  » rescapés ».